Match d’entraînement de l’Oyili Fc, Yaoundé, le 08 janvier 2021.
Crédit: Fred Mekono-Ottou.

Ce vendredi 8 janvier, l’équipe de presse de Parlons Foot 237 est descendue sur les lieux d’entraînement, sis Yaoundé-Mimboman à la découverte d’un club jeune et dynamique. En effet, l’Oyili FC, fondé il y’a bientôt 6 ans, tenait une séance d’entraînement ce matin-là et qui pour l’occasion, recevait les joueurs de l’Essos United FC est certes l’un des poucets de la Ligue régionale du Centre (équivalent de la 3ème division) mais véritablement l’un des clubs dont de nombreux de joueurs font partie de nos sélections nationales des jeunes. Son entraîneur et membre fondateur du club, Franck Onana Awono, a essayé de nous expliquer cette réussite et de nous éclairer sur les ambitions de l’équipe

Franck Owona Awono

«Le football compte sur la jeunesse, c’est le futur du sport, et nous avons une vision à long terme pour notre club, donc nous misons sur les jeunes » a déclaré l’entraîneur à notre micro.

L’ambition affiché, du club, incarné par son président Isidore Nguele Medza, est de miser sur de bonnes performances de leur collectif afin d’assurer une progression aux jeunes joueurs, pour ainsi faciliter leur adaptation à des championnats plus compétifs à l’avenir, ou pourquoi pas, augmenter la qualité des joueurs dans les clubs camerounais et améliorer nos performances au niveau africain. Nous avons par exemple deux éléments passés par le club ayant entamé une progression à l’étranger, notamment Ahmad Ngouyamsa (Dijon,France) ou encore Nsangou Razack (San Lorenzo, Argentine).

D’ailleurs, son entraîneur l’a assuré, « nos joueurs viennent de partout, pas seulement du Cameroun. Nous avons des recrues qui jouent dans d’autres sélections africaines, notamment celle de la Répubique Centrafricaine et nous sommes fiers de leurs progressions.»

 

Ces dernières années, le club s’est distingué comme l’un des pourvoyeurs majeurs de nos sélections nationales jeunes, et ce avec plus ou moins de réussite. Il y’a eu notamment la campagne victorieuse de notre sélection des u17 en Coupe d’Afrique des Nations dans laquelle 04 joueurs de l’Oyili faisaient partie du groupe (BERE LAOUNBO FRANÇOIS BENJAMIN, HAMAOUA NDIBA ZOM A ZOM LUDOVIC comme défenseurs, et le milieu de terrain et capitaine AMADOU DAOUDA), et plus récemment lors de la victoire des Lions u20 à l’UNIFAC où 3 joueurs de l’équipe étaient de la partie.

 

Un projet qui paraît donc vraiment solide, d’autant plus que les joueurs se sentent intégrés à la vision des dirigeants; à l’image de leur capitaine, Daouda Amadou, que nous avons également eu la chance d’avoir au micro

« Nous avons confiance en notre staff et notre direction. Vous savez, pour la plupart nous avons commencé à jouer ici et nous n’aimerions pas aller à l’encontre des intérêts de notre club formateur.»

Le championnat camerounais est donc ce qu’il est, riche en potentiel depuis de longues années déjà, et les sportifs ainsi que leurs encadreurs, savent toujours garder une vision ambitieuse et large de leur avenir, et dans le but pourquoi pas, d’ajouter de la valeur à cette compétition.
Bien que le club se positionne comme étant un centre de formation (au vue de leur politique de recrutement et de l’utilisation de leurs joueurs) il envisage toujours d’évoluer et d’atteindre des sphères plus hautes du championnat. Son entraîneur nous l’a confirmé donc, et effectivement, les modèles plus matures, occidentaux par exemple, sont à copier, en vue pour nous de s’améliorer; car un bon club se doit de posséder également un bon centre de formation. Nous avons par exemple de bon modèle locaux tels l’Union Sportif de Douala ou encore le Cotonsport de Garoua qui ont compris cela.

 

Nous ne pouvons que terminer cet article en félicitant cette initiative fixée sur le long terme et en l’encourageant, en la prenant pour modèle, tout en souhaitant force et courage aux dirigeants d’Oyili FC et à ses sportifs dynamiques donc, en vue de l’évolution tenable du projet.

 

Crédits prise d’images:
Fred Mekono-Ottou.
Romy Eteki.

Christian Robert Sossoh, Chroniqueur.

1624

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *