L’avènement d’internet et celui des médias sociaux qui touchent tous les secteurs de notre sociéte, il est important de proposer un décryptage de ceux-ci et de leurs actions, notamment dans l’industri du sport et du football en particulier.
En effet, cette période « post COVID-19 » est surtout marquée par des dispositions visant la protection de chaque citoyen, et est spécialement stricte en ce qui concerne les regroupements par exemple dans les stades. On observe notamment  avec le CHAN 2021 au Cameroun qui se déroule sous le dictat des règles, malgré tout, utiles au bien commun.

Cependant, qu’en est-il du spectateur?

Pour suivre donc l’activité sportive qui le passionne, il devra s’en tenir non seulement à la retransmission par télévision,mais en plus de cela, par l’analyse des médias qu’il choisit de suivre. L’information recherchée est bien plus spécifique aujourd’hui.
Ces derniers sont donc d’une importance capitale pour la communication entre les acteurs sportifs et leurs supporters. Ils sont donc le seul pont et il faudrait pour cela que l’information retransmise soit objective et pertinente.

 

On observe depuis toujours le rôle que tiennent les parrainages sportifs au sein des clubs et avec des joueurs. De plus en plus figurent parmi eux des groupes de médias qui n’hésitent pas à permettre à des sportifs d’obtenir un soutien pour le management de leurs carrières et dans le même temps, donner une meilleure visibilité aux clubs. Nous pouvons illustrer cela avec l’achat par le groupe Canal + du Paris Saint Germain, propriétaire du club de 1991 à 2006. C’est dans cet ordre d’idées que le groupe Parlons Foot 237 a obtenu le sponsoring officiel du club féminin de Louves Minproff, championne en titre du Cameroun au courant de la saison 2019/2020.

Avec l’essor au Cameroun du championnat de football féminin, dû notamment aux bonnes performances des Lionnes Indomptabes en compétitions internationales et notamment africaines, on constate, à titre d’étude, que l’opinion a pu ressentir un intérêt particulier pour ce sport, et que le rôle des médias est donc de permettre à celui-ci de maintenir son intérêt pour ledit sport. De plus, l’arrivée de joueuses internationales dans notre championnat féminin, ainsi que de notre culture nationale pour le football, permet à tous, journalistes comme sportifs et supporters, de travailler à l’amélioration de ces diffèrentes activités et donc au bien commun, ce qui permettra assurèment, l’évolution dans un sens positif. Pendant donc la pandémie, et même après cette période, le rôle médiatique revêt donc une importance en vue de garder la connexion entre différents acteurs de notre système.
Le média doit désormais comprendre les attentes de son public.

 

Documentation :
Sports et Médias, par Akrifed Fouzia.

 

Christian Robert Sossoh, Chroniqueur.

1267

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *