Le Cameroun a de nouveau maintenu son statut de leader en volleyball sur l’échiquier continental. Les performances enregistrées par les sélections masculines et féminines lors de leur championnat d’Afrique respectif en sont la preuve vivante. Ces succès sont la résultante d’un travail de fond opéré par la Fecavolley, sur lequel les futurs dirigeants de sa soeur la Fecafoot pourraient s’appuyer pour redonner au football camerounais ses lettres de noblesse.

De l’interview accordée chez nos confrères de Cameroon Tribune par le Président de la Fecavolley, il apparait que le succès du volleyball camerounais repose principalement sur deux points:

Une vision claire à travers la mise en place d’un projet suivi et évalué régulièrement.

Le Président Serge Abouem a lancé le projet Refondation qui permet à sa fédération d’avoir une lisibilité sur l’effectif des sélections nationales sur les 8 prochaines années. A cet effet, des sélections jeunes ont été créées jusqu’à la catégorie benjamins en recherchant des joueurs et joueuses avec une morphologie type (exclusivement grands de taille). En parallèle avec le football, la Fecafoot pourrait donc lancer un vaste programme de détection du numéro 10 tant recherché. En plus, elle pourrait rendre plus vivante les catégories inférieures notamment masculines, qui livrent très peu de rencontres en dehors des périodes de compétition; un problème qu’avait déjà pointé du doigt le sélectionneur actuel des lions indomptables Antonio Conceiçao:

Depuis notre arrivée, on avait fait le constat qu’il manquait un projet à long terme. On n’a cessé de le répéter et d’y travailler. Si le Cameroun veut retrouver sa force passée, il doit intégrer les jeunes au pays et développer la formation. La sélection U23 a ainsi disputé la CAN en Égypte en 2019 et n’a fait aucun match depuis. On se heurte à une absence de continuité.

La stabilité sur les bancs de touche.

Mettre en place un projet requiert d’avoir de la patience. C’est ce qu’ont compris les responsables de la Fecavolley qui ont renouvelé depuis 7 ans leur confiance à Jean René Akono, sélectionneur de l’équipe nationale dames de volley triple championne d’Afrique en titre. Fait rare en football, où les sélectionneurs se succèdent année après année. Entre 2017 et 2021, les sélections nationales seniors dames et hommes ont connu chacune trois sélectionneurs différents.

 

Les candidats à la présidence de la Fédération Camerounaise de Football ont donc à leur disposition, quelques pistes de solution pour faire briller les sélections nationales et améliorer ainsi la notoriété de l’instance faîtière du football camerounais dont l’image est entachée par des scandales à répétition.

2017

By FN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *