Au micro de Parlons Foot 237, Brenda Tabe revient sur sa brillante saison en club et en équipe nationale militaire du Cameroun. Au passage, elle évoque sa joie de faire enfin partie de l’équipe nationale A des lionnes indomptables du Cameroun après avoir essuyé plusieurs échecs. 

 

Vous avez terminé la coupe du monde militaire féminine aux USA en tant que meilleure buteuse avec 8 buts inscrits au total. Qu’avez-vous ressenti lorsque vous avez reçu cette distinction ?

Je suis vraiment contente parce que ce n’est pas donné à n’importe qui. Ce n’était pas facile surtout que c’était la première fois. Je dis merci à mes coéquipières et au staff qui ont cru en moi. Je rends grâce à Dieu pour ce titre. C’est un très bon CV pour moi. Quand je marche, on dit voilà la jeune joueuse qui est sortie meilleure buteuse à la coupe du monde militaire aux Etats-Unis.

 

Malheureusement vous vous êtes inclinées en finale face à la France. Avant ce match, vous croyiez aux chances du Cameroun de remporter cette coupe ? Qu’est-ce qui a réellement manqué au Cameroun pour battre la France ce jour là.

Impossible n’est pas camerounais. On ne peut pas quitter notre pays, notre continent sans intention de sortir champion. On n’est pas de bons sportifs si on ne pense pas à être premier. Le groupe avait confiance. On savait qu’on pouvait gagner cette finale. Les USA étaient pour nous le plus grand obstacle. On savait qu’en battant les USA, on pouvait battre n’importe quelle autre équipe à la coupe du monde militaire. On a pris beaucoup de cartons jaunes, ça a démoralisé certaines joueuses. À la première période, on avait déjà vu que si ça continue comme ça on ne peut pas gagner. L’arbitre a clairement montré qu’elle n’était pas avec nous. C’était tellement visible.

 

AS Awa a remporté un deuxième titre consécutif en Guinness Super League. Quelle est la recette d’AS Awa pour avoir un tel succès ?

Vous savez comment Canon avait commencé dans l’histoire puis c’était Louves plusieurs fois. Maintenant s’il s’agit d’Awa, c’est quelque chose qui est bien. Awa a conservé ses joueuses de la saison dernière et a juste complété l’effectif. On était une équipe solide. Et les joueuses d’Awa ne jouent pas pour l’argent, on joue avec le cœur et le mental. Tu ne peux pas jouer dans certains clubs au Cameroun si tu n’as pas le mental.

 

AS Awa a manqué de peu la qualification pour la phase finale de ligue des champions féminine CAF face au TP Mazembe. Comment l’équipe et vous personnellement avez vécu cette douloureuse expérience ?

On n’a pas pu concrétiser nos actions. On a encaissé dans les dernières cinq minutes. Il n’y avait plus le temps de se réorganiser et de marquer. Ça me fait mal jusqu’aujourd’hui. Si Dieu dit que ce n’est pas pour toi, ça ne sera pas pour toi.

 

Pour la première fois, vous figurez dans la liste finale des lionnes indomptables A. Vous êtes surprise d’y voir votre nom ? Avez-vous contacté Kevine Ossol votre coéquipière en club, pour savoir comment est l’atmosphère dans la tanière ?

Je suis fière mais je ne suis pas surprise. Je pense que je le mérite parce que j’ai toujours donné le meilleur de moi. Je dis merci au staff. Depuis que j’ai commencé les stages avec les lionnes indomptables A, je n’avais jamais fait une liste. Ça me faisait vraiment mal parce quand je pars je donne le meilleur de moi et à la fin on me laisse. Non, je ne me suis pas rapprochée de Kevine Ossol. J’avais déjà fait un stage avec la grande sœur Ejangue Siliki et elle m’avait dit comment ça se passe dans la tanière. Je vais juste m’adapter.

1018

By FN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *